Un team/duo PKY au Sismix Winamax (Marrakech)

Toutes les informations sur le tournoi main évent du Sismix, où se retrouvent Phoenix (Nicolas) et Karlus (Karl).

Le live report à Marrakech !

Toutes les informations, photos du coverage, du suivi de l’aventure, seront centralisés sur cette page. Restez à l’affût, et utilisez le forum pour en parler.

D-day…

Il se peut que sur place, la partie réseaux 4g/wifi soit délicate. On fera au mieux pour vous faire suivre leur aventure.

Présentation :

Phoenix, un des piliers historiques de la création du club au requin, a remporté son séjour lors d’une finale régionale MPLA il y a quelques mois. Sa patience et sa concentration seront de sérieux atouts sur un évènement de cette trempe.

Karlus a quant à lui gagné le droit de faire son passeport, en janvier dernier lors de sa victoire en finale nationale MPLA. Sa bonne humeur aux tables et son jeu plein d’opportunisme seront pour lui ses armes de défense.

Récit :

J-2 avant le départ. Je suis dans ma bulle « voyage » depuis plusieurs jours déjà. Un déclic s’est passé. Du jour au lendemain. Tant de semaines à se dire « oui j’ai gagné, je pars au Sismix », sans vraiment y croire et y prêter attention. Comme pas concerné par ce superbe enjeu, ne pas croire qu’on a réellement gagné. Mais ça y est, je suis dans ma bulle. Je suis prêt. Il y a tant d’attentes de plein de monde autour de cet évènement. Il faut que je pense cependant à vivre cette semaine pour moi, même si derrière mon épaule je sais qu’il y aura beaucoup de Pokeristes qui rêvent d’être à ma place. Jouer le fameux « A-Game », prendre plaisir, profiter, s’amuser, et aussi et surtout apprendre. Il y aura toujours derrière chaque main jouée, une pensée pour un joueur, pour un autre, un souvenir, un coup de pression. Toutes ces choses qui m’ont fait arriver là. Mentalement, je suis dans mon truc..  encore deux jours … (Karl)

Jour 1:

Après un périple de plus de deux heures, nous arrivons enfin au pays du soleil, sous du grisatre surprenant. Après un bon resto local, nous partons decouvrir le fameux casino, prendre nos repères, sous le soleil qui tape enfin! Nous croisons quelques têtes connues de célébrités, que tout amateur de cartes rêverait de rencontrer. Ils sont accessibles, sympathiques, et nous échangent quelques mots, quelques photos souvenirs de ce moment impérissable. C’est agréable, ça met en confiance. Comme des enfants. Une pensée aux amis, aux joueurs restés en France, pour qui nous donnerons tous, ce jeudi pour le day 1b du main event. Peut-être pourra t-on jouer avec Adrien Delmas, sur le day2 si les astres sont alignés, car il m’a dit faire le day 1A, lors de notre rapide entrevue au casino. Sait-on jamais. Déjà des rêves dans la tête.

Le high-roller en touristes…

Nous nous baladions en touristes dans ce labyrinthe qu’est le complexe Es Saadi, lorsque nous arrivâmes dans l’anti-chambre de nos idoles : le high-roller s’y déroulait, et avec notre chance insolente, nous arrivions à la pause du fameux tournoi de nos champions. L’occasion de croiser, « pour de vrai », comme disent les enfants, quelques pointures du poker international. De la légende Michel Abecassis, à la néo hispanique Winamax Leo Margrets, en passant par les jeunes loubards du NLHE que sont Ivan Deyra, Pierre Calamusa, et autres Guillaume Diaz, nous prenions l’opportunité de s’immisser à leur pause, dehors, à quelques mètres de leurs tables respectives, pour les admirer en grands fans. L’occasion pour nous d’aller au culot et barbouiller quelques mots à Gaelle Baumann, à Ivan, le vietF0u, ou encore Kool Shen. Stressés comme de grands enfants timides, et après quelques photos  pour nos insatiables souvenirs, nous repartirons vaquer, comme un soir de Noël, des paillettes plein la face. Ces instants étaient formidables, indescriptibles et tellement forts. On a pas besoin de beaucoup de choses pour assouvir le plaisir de vivre et profiter. Seul le culot et la fureur nous aident.

L’apparition (20h10).

Nous cherchions un bar dans le casino avec le fidèle Nicolas, pour nous désaltérer pendant que Charlie s’adonnait au black jack électronique, quand nous sommes rentré dans le restaurant chic et classe « l’épicurien », dudit casino. Sous la pénombre volontaire de l’ambiance générale, en bavardant, il nous est apparu telle une évidence. Davidi, debout, à 10m de nous, à s’installer avec la future mère du mini génie à venir. Une prestance, un truc qu’il dégage, une aura. Après avoir failli en perdre notre latin vendéen, à hésiter à aller le féliciter, nous nous abstenions de l’importuner au moment où le couple Kitai allait se restaurer. Partant avec de la magie plein les yeux, en espérant le revoir ultérieurement afin d’échanger quelques mots de soutien, d’admiration, au nom d’un nombre incalculable  de joueurs amateurs. Une prochaine fois. 

Day2: journée chill, journée off…

Après la soirée semi-festive de la veille, un peu de bon temps était nécessaire à notre reconstruction cellulaire et physique. À l’issue d’un réveil en douceur, nous partions contempler les fameux souks du centre ville, ainsi que l’immense place jema el fna, avec toutes ses beautés, et tout son monde. Après un crapahutage pédestre à se perdre dans les entrailles de cette ville bouillonnante, nous trouvions les ressources pour enfin se stabiliser et manger en plein après midi. Puis, retour en douceur à l’hôtel, se reposer un peu pour demain, et notre entrée officielle dans la fosse aux lions. Minuit quarante. Toujours au casino à errer comme des âmes en peine, entre angoisse fierté et rêves. Promis on rentre pas tard. 

Suite du deuxième jour sur place. Après notre repos de guerrier auprès de la terrasse piscine de notre hôtel de contrebande, nous sommes partis avec Nicolas au casino dans le but d’officialiser notre inscription de manière administrative pour le lendemain. Dans le but de gagner du temps sur le repos les heures précédents notre entrée au main évent. Oui, quelques minutes de sommeil en plus, on prend. Après une session « chill-time » à la fan zone du casino, à se délecter de quelques tapas accompagnés d’une bière (une seule : nous sommes professionnels avant tout !), Nous retournons au bar de la veille, et notre rencontre avec Pierre Calamusa, ou par le plus grand des hasard, nous croisions le fameux Moundir, accompagné de Jarry (France 2, Ruquier, tout ça). Après quelques nouveaux échanges pleins de malices, et les inévitables photos souvenirs pour la communauté, nous rentrions fiers de notre culot, après cette chouette manœuvre. Sachez que des surprises arriveront prochainement. Pas avant notre retour bien sûr. Le suspense se faisant, nous vous laissons sur votre faim, et vous retrouverons très vite, pour la suite des aventures des deux énergumènes.

Day 3 – début du day 1B.

10:02 – Réveil en douceur, suivi directement d’un petit déjeuner complet niveau alimentaire. Pain et gâteaux maison pour les sucres lents, jus d’orange pour l’énergie en sucre rapide, et vache qui rit pour la gourmandise. Un café pour se maintenir en éveil, et nous allons pouvoir partir d’ici une petite heure.

Dans le jus…

C’est parti pour le tournoi, après la première pause, Nico restait stable vers l’average, tandis que karlus se faisait grignoter le stack, pour être à un demi tapis moyen. Après un combat acharné avec un désert de carte, c’est Karlus qui sortait le premier, lors d’une dernière main habituelle (coin flip A-10 vs 8-8) : c’est la paire de 8 qui toucha brelan flopé, laissant Nicolas seul representant de la team vendéenne.

Karlus : « C’était une table très sérieuse, avec un haut level. Très agréable à jouer, à observer, malgré un bon désert de cartes. J’en retiens du positif, car quand je regarde le parcours pour en être arrivé là, je n’ai pas à rougir du parcours effectué. Il y a des jours sans, malheureusement ce n’est pas celui qu’il fallait. Tant pis, des souvenirs en tête en tout cas. À refaire ! »

Saluons la performance de Nicolas « phoenix« , qui aura pratiqué pas moins de huit heures de jeu dans cette fosse aux lions. Good game. Hélas, l’histoire s’arrête ici pour les deux complices Vendéens, qui en ressortent tout de même avec fierté et honneur. Mention spéciale à notre ami de Winamax, qui a pu rendre visible notre épopée aux yeux de tous, malgré la performance absente. Un moment profond de fierté assurément.

Venez en discuter sur le forum, ça fait plaisir de vous lire les amis ! C’est ici !

Lien vers l’article sublime de notre épopée sur Winamax ! : https://www.winamax.fr/reportages_winamax-sismix-2018-161?post=34726

Décompression

Nous sommes toujours jeudi soir, après cette fameuse journée tant attendue, ou où nous profitons des structures proposées par ce complexe immense. C’est l’heure de boire un coup, avec l’ami modération, celui qu’on a tous cherché un jour. Entre quelques photos, quelques Facebook live avec Monsieur Davidi Kitai par exemple, ou encore des check avec l’ami Pierre Calamusa qui nous a reconnu de la veille (toujours avec attention particulière pour ses fans!), nous marchons sans réel objectif vers les bars, le beer pong, la fan zone entre cocktails et discussions appuyées sur le poker et ce magnifique séjour. La suite à venir…

Des rêves dans la tête, c’est éblouissant de se sentir aussi bien, croyez-nous. Et sachez encore que c’est un plaisir non dissimulé de vous faire partager tout ça. Si vous avez des questions que vous souhaiteriez poser à des membres du team pro Winamax, contactez-moi afin qu’on essaie de les transmettre pour vous. Webmaster@pokr-yonnais.fr

2h44: L’Auberitif

L’Auberitif, c’est une religion dans certaines bourgades vendéennes. Du nom masculin le « Aubert », l’auberitif est un moment convivial de débats houleux, ou le Pastis 51 règne en maître. Il est parfois dévalorisé lorsque l’on y boit du vin médiocre, juste pour affûter nos langues bavardes. L’Auberitif est à ce moment de la journée une consécration, un symbole, une religion qu’aucun vendéen ne néglige. Parfois, certains s’y adonnent dès le petit déjeuner. Ils sont opportunistes. Certains  « Auberitiveurs » le pratiquent lors de parties de cash game endiablées, dans des caves sombres et sans âmes, lorsque leur pratiquants s’y donnent à cœur joie. On est dedans, on exporte. #venansault #charlieAubert #notreManageurImprovisé

Nos Vendéens sont dingues !

Notre communauté de joueurs de poker est vraiment unique et folle : certains amis ont décidé de nous stacker pour que l’on pratique un tournoi k.o. Vraiment, que de surprises grâce à cette nouvelle visibilité ! Nous pensions à une blague, mais non. Les gars : on vous aime vous êtes de grands malades !!! (Karl)

Suite à cet élan de générosité de nos compatriotes restés au pays, nous jouerons le tournoi turbo KO progressif de samedi, 21h, au Es Saadi de Marrakech. Dans la même salle qui nous a vu rendre notre premier combat, nous espérons cette fois-ci avoir davantage de succès dans le jeu. Maintenant qu’on a eu la confirmation physique et visuelle que le jeu aggressif a toute sa place au sein de pareille structure, nous pouvons ainsi adapter notre niveau à celui pratiqué aux tables. Reste toujours à défendre nos types de range respectifs, et veiller à ne pas déborder en prenant la confiance. Vu les deux loustics que nous sommes, cette manœuvre devrait au moins, elle, passer. Prions juste pour ne pas encore être victime d’un désert de cartes (pour Karl), et de rencontrer à nouveau un WIP (pour Nico). Maintenant tout reste à faire pour faire palpiter nos p’tits français, et leur rendre hommage en faisant le mieux possible. L’honneur est en jeu, au delà de la fierté déjà acquise. Une chose est sûre, l’appréhension de la fameuse première fois est éteinte, laissant place à la lumière qu’est la confiance. Mais garde à l’excès de confiance pour nous deux. 

Quel est ton objectif pour demain ?

Karl: « Essayer de monter un stack favorable au développement du jeu de qualité, et surtout continuer à mettre en application des sizing cohérents et précis. Ça serait top d’être tous les deux à la même table aussi, afin d’échanger à chaud sur des trucs. Bien sûr on n’y va pas pour ça sinon nous serions restés au club à la Génétouze ! Sinon jouer avec un WIP ou encore mieux : un pro, ça serait le Graal et l’accomplissement de ces petites choses qui animent la beauté de cette discipline, vous savez, ce qu’on appelle communément un rêve. »

Nicolas : « Commencer par rentabiliser le ticket de 138€ en éliminant des joueurs, le plus possible grâce aux bounty, puis atteindre les itm. Étape par étape, se donner les moyens d’aller en TF. »

De sérieux objectifs donc, la tête sur les épaules pleines d’ambition. L’entrée est à 1500 DAM, et les primes bounty sont apparemment de 800 MAD. Ce qui peut permettre d’être rapidement break-even (en sortant deux joueurs).  Rectification : pour être minimum remboursés, il fallait sortir minimum 4 joueurs, et non 2 comme noté précédemment.

Le soleil est parti se coucher, nous le retrouverons demain avec le team PKY en forme dès tôt le matin, ou une journée somptueuse nous attend. 

Quoi de prévu demain les gars?

Matinée shopping avec les trois complices, à proximité de la place jema el fna, restaurant local, puis préparation mentale à la piscine pour faire le vide avant l’attaque du tournoi. Juste penser à se recaver en sous après notre soirée festive de la veille, on n’a rien à envier aux tickets de caisse du vietF0u dans le domaine 😄

Début des hostilités dès ce soir (samedi 12 mai)

On tentera un mini coverage photos ce soir lorsqu’on sera en piste. Le problème avec les structures turbo c’est le temps qui sera dur à convaincre pour qu’on puisse faire un p’tit reportage sympathique. J’essaierai si jamais je double à la première main, je pourrais ainsi voir venir 😂


22h24 La mini interview de Yvan Deyra

Voyant le célèbre ValueMerguez sortir de la salle du main évent, je me rapproche à pas de loup…

Value Merguez en mode repos.

Karl : « Alors, ça donne quoi? »

Yvan : « Je bust avec les rois, contre A2 suités, il touche as. Je perd les deux derniers bords. C’est le jeu, c’est comme ça en tournois.« .

Karl : « it happens! merci yvan, à plus tard ! »

Yvan : « salut les gars, à +! »

Le stacking qui a failli faire peur à Karlus

N’est pas malin qui veut. Après 4 jours à gambler comme des porcs au blackjack, pour noyer le chagrin du poker, et plus précisément du main évent, – pour le moment -, un imprévu s’est introduit pour le champion national mpla : le plafond de retrait de cash. En effet, petit à petit, le solde s’est évaporé (aussi en bouffe et shopping), me laissant comme seule possibilité l’utilisation de Western Union pour subvenir au besoin de frais d’entrée du tournoi du jour. Les alternatives ayant été de furieux échecs (négocier avec des échoppes pour payer en carte et obtenir la différence, l’appel au numéro d’urgence pour l’augmentation de plafond…), Il a fallu compter sur la générosité de l’ami Baron pour m’avancer la somme. On est une team, on est soudés, rien que pour ça, c’est la win minimum (désolé pour l’excès de confiance, mais « lol »), comme disent les d’jeunes. Maintenant cette affaire régularisée, nous allons pouvoir partir doucement au Es Saadi, tranquillement, la tête reposée de ces contraintes administratives de dernière minute. Mais n’est pas professionnel qui veut.

Karl : « J’ai tout mis dans la crème d’argan anti-rides, je me suis Brooke bêtement. Heureusement qu’on a des potos de qualité qui sont présent. Faut juste qu’ils ne soient pas au courant qu’ils ne me reverront pas : je me barre avec la caisse… En fait nan, c’est pas sérieux cette affaire. »

Espérons qu’après cet épisode, nos deux Vendéens seront les dignes représentants d’une Vendée sous les projecteurs depuis quelques temps, avec notamment la finale perdue des Herbiers en coupe de France. À eux de prouver qu’on peut faire quelque chose en étant de petits poucets plein de hargne et d’envie. « GL guys » comme le dirait notre ami Daniel Negreanu.

La session parfaite !

Ce deuxième tournoi tant attendu, s’est déroulé sous les meilleures conditions. En effet, malgré l’élimination de Karlus, terminant 49e/156, sortant 3 joueurs (bounty de 1200 MAD), c’est phoenix l’invincible à qui nous tirons notre chapeau, pour sa performance exceptionnelle, étant dans les itm du tournoi. En effet, il termine ce tournoi 8e, à la bulle de la table finale. Quelle performance !

Affaire à suivre, et des surprises à venir à foison !

Un Phoenix épanoui pour sa performance remarquable.

La consécration

Dans une nuit agitée, festive et furieuse, le deux acolytes s’y sont donnés à cœur joie de leur performance collective ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que le theatro est un lieu dynamité par la folie, le déchaînement des foules dans un bruit étouffant. On y retournera assurément. Le dimanche à évidemment été consacré au repos du guerrier, sous un soleil de plomb, pendant qu’à 2000 km, le club s’enrichissait d’un titre de champion départemental. Décidément, plus rien n’arrête la team PKY !

Le clin d’oeil 

Karlus a fait le HU du main évent !! Si si, on vous jure. L’incruste à droite de la photo avec son sweet jaune Pok’r Yonnais qu’il porte avec fierté. Bon, ok, c’était pour la blague.

Félicitations à Amadi17, plus connu sous l’appellation patronymique d’Adrian Mateos Diaz, pour sa victoire du main évent de ce sismix. L’aventure se termine demain pour Phoenix et Karlus, qui rentrent avec des souvenirs en poche et une expérience incroyable, mais surtout inoubliable.

À l’an prochain Marrakech, et merci à toutes et tous de nous avoir suivi ici, sur les réseaux, sur Winamax… 

On parle d’eux dans la presse et les réseaux !

Un phoenix sous la lumière : le portrait de Nicolas, par Winamax, s’il vous plaît !

L’élimination : On ne chatte pas chaque jour que dieu fait.

Si jamais Antoine (ponceP de Winamax) tu nous lis encore, n’hésite pas à me contacter , j’ai quelques questions à poser à notre interviewer favori, si jamais on ne se recroise pas tout de suite ! Merci 😊

 

 

3 réflexions sur « Un team/duo PKY au Sismix Winamax (Marrakech) »

Les commentaires sont fermés.