La Fiche d’un Fish #004 : Lounacris

Présentation et parcours de Lounacris

Pour cette quatrième fiche de LFDUF, nous rencontrons Christelle, dit Lounacris. Le format est légèrement différent de celui habituellement publié, mais vous allez pouvoir découvrir son portrait, le réel, en totale immersion avec la joueuse aux mille talents. Continuer la lecture de « La Fiche d’un Fish #004 : Lounacris »

La Fiche d’un Fish #003 : Kimmor

Présentation et parcours de Kimmor

Un peu d’histoire

Le regard coquin, la lèvre qui frétille, les sourcils en fleur : c’est Jérôme, dit « Kimmor ».

« J’ai découvert le poker à 16 ans, on attaquait des parties à 5€ tous les vendredis dans la cave d’un pote. Les premiers mois étaient une vraie catastrophe, je croyais jamais personne, j’enchaînais les calls hauteur AS ou ROI, ou alors j’allais au bout du monde avec la 5ème paire.
Puis au bout de quelques mois je me suis un peu calmé et pendant quasiment 2 ans, je gagnais de l’argent tous les vendredis. A 19 ans j’ai gagné un tournoi associatif ainsi que le droit d’aller faire la finale Winamax à Paris, ou j’ai duré pas plus de 2h, tant je me faisais dessus. Puis j’ai gagné 3 autres tournois associatifs, avec divers tickets pour l’Espagne et autre. J’ai aussi fait une belle année 2016 en enchaînant 3 TF (3 fois 4eme) sur divers tournois associatifs.

Autour du poker

Sinon je suis un joueur lambda peut-être un poil agressif, je prends toujours un plaisir fou à être assis à une table de poker, il y a toujours au moins une personne hyper cool qui te fais passer un bon moment et qui te fait oublier que c’est une compétition personnelle. J’aime bien les joueurs comme Tom Dwan et isildur, les types sont complètement dingues et ils chient sur les tables des plus grosses limites,  j’étais aussi fasciné par Ludovic Lacay, dans un autre registre.

C’est aussi l’occasion de dire merci à tous les gars et les nanas du club. Vous êtes hyper cool changez rien. ».

La fiche d’un Fish : place au contenu.

Kimmor, dit « l’immortel », est un jeune joueur plein de talent. Sous sa dégaine de Tintin, le personnage populaire que tout le monde apprécie, malgré les doutes réels sur son sexe de naissance, l’homme à la casquette de Marty McFly est un opportuniste de grand talent.

Il s’adonne depuis son plus jeune âge à relancer hors de position avec des mains marginales. Malgré une cure de désintoxication à l’âge ou ses copains révisaient le brevet des collèges, le jeune Jérôme n’a fait que replonger dans sa démence légendaire. Mais rassurez vous, on l’aime quand même.

Parfois surnommé « la banque » par ses détracteurs, ce jeune esthète du jeu farfelu n’a jamais de montre, du fait de ses sorties prématurées au club. Nombreuses sont les fois où il a pu rentrer à son domicile avant le début des rediffusions de « c’est mon choix« , sur la TNT à 21h. Un fin stratège. Une gestion du temps et du stress à toute épreuve. On l’a même vu une fois à l’aéroport payer un billet d’avion hors de prix, mais voyant l’attente de la file d’attente d’Aer Lingus s’éterniser, le jeune androgyne s’est barré en VTC, alors qu’il ne restait que 2 couples et une vieille dame devant lui. Les réactions étaient à l’étonnement et aux sourires à cet instant.

Il a donc comme nous le disions plus tôt, appris le poker en plein cœur de sa douce enfance. En allant à la boulangerie du père de son ami Boubacar, Kimmor s’est vu kidnapper par un magicien, et un facteur (pourquoi étaient ils là à ce moment ? Dieu seul le sait).

C’est dans la fourgonnette des deux voyous qu’il apprit, grâce à un petite télévision à piles, installée dans l’utilitaire des deux malfrats, qu’il comprit les rudiments de ce jeu de cartes. En effet, Lucky Jack TV était diffusé, pour vraisemblablement le distraire. Grâce à un cerveau marchant plein pot, il assimila l’essentiel en peu de temps. 

 Ce n’est qu’une décennie plus tard qu’il se rappela de ce kidnapping, et bien sûr du poker, lors d’une soirée débridée (comprenez une sale beuverie d’étudiants), avec des camarades scolaires. Après 3 tournois au casino quelques temps après, et d’honorables avant-dernières places à chaque fois, il decida de peaufiner son jeu, en s’inscrivant au Pok’r Yonnais. Rester sur un échec, non. Rester sur deux échecs, non. Rester sur trois échecs, non. C’est ce qu’on appelle quelqu’un de déterminé.

Depuis, il enchaîne les prestations « yoyo », en France comme à l’international. Mais sa bonne humeur, son aura aux tables, en font un joueur exemplaire. Même si quelques performances de haut niveau se font toujours attendre pour le brun ténébreux.

L’anecdote +, c’est qu’il vient en chaussons au club les jours de neige car il se dit y être « comme à la maison« . Peut-être aussi pour gagner du temps vu ses départs prématurés. Malin nous disions? Du génie plutôt…

Propos recueillis par Karlus.