Mental au poker : la patience

Le point stratégique

(le dysfonctionnement lié aux votes est résolu (28/09))

Petite nouveauté pour cette 7e saison : nous allons alimenter le site avec quelques contenus « utiles », à savoir des points stratégiques. Bien sûr, on ne ré-invente pas la roue, mais de tels contenus peuvent assurément faire progresser certains joueurs. Alors on met ses lunettes : Un peu de lecture intelligente (ça changera des contenus loufoques partagés sur cette plateforme !). Aussi, sachez que ce contenu n’implique que son rédacteur et ne pourrait être tenu pour argent comptant, ou comme une généralité. De la théorie, une approche poussée, saupoudrée de prise de position, rien que ça. Si cela vous plaît, faites le savoir via le petit sondage final.

La patience, pour.quoi ?

La patience est sainte-mère des sages décisions. Elle permet, suite à une analyse (de surface comme approfondie), de prendre de bonnes décisions, à court et long terme… Ou du moins, essayer, c’est l’objectif.

La patience en plusieurs points

On peut catégoriser la patience en deux types bien distincts : Celle à court terme et celle à long terme.

Court terme:
– Sélection de mains de départ/relances : Le fameux « range d’open« . On ne va pas revenir dessus : Beaucoup d’ouvrages très précis (livres/internet) existent à ce sujet, une recherche s’impose à vous 🙂 
– Choisir ses mains, les défendre afin d’aller au bout (+/- lié à l’agressivité). Histoire de ne pas se surprendre d’être trop engagé à la turn à cause d’une anticipation mal jugée.
– Après un mauvais coup : Savoir se « focus » (* se concentrer) immédiatement après un mauvais coup subi. Le poker, c’est pas mal de statistiques, de maths, de probabilités. On peut être déçu, fâché, en colère après avoir perdu son coin-flip, mais si on prend un minimum de distance, la définition du coin-flip est que c’est 1 chance sur 2 de l’emporter (environ : ne jouons pas sur les mots). Aussi, certains passent leur temps libre à se plaindre d’avoir perdu un AK vs 10-10. Ceux-là se rappellent ils cependant combien de coin-flip ont-ils passé dans leur vie avant ce fameux bad-beat ?
Prenons une image parlante : On parle plus souvent des trains qui arrivent en retard, que la majorité de ceux qui arrivent à l’heure. #SyndromeDeVictime.
– La patience permet aussi à court terme, l’observation des protagonistes de votre table. Grâce à votre sélection de mains préparée en amont, les fold automatiques hors de position avec des mains marginales deviendront un réflexe. De ce fait, votre œil de joueur confirmé (ou en cours de confirmation !) pourra mettre à profit ce léger retrait du « game » en observant attentivement la façon de jouer de vos adversaires, les attitudes, les sizings, les types de joueurs. Bref, le poker se joue en parti sur de la supposition, tout ce qui peut vous être utile en dehors sera d’une aide précieuse à votre progression. Soyez donc curieux !

Long terme:
– Patience et Concentration : La patience et la concentration sont étroitement liés. Être patient, c’est être concentré. Pourquoi ? Car on a défini au préalable ses objectifs personnels. Il y a un objet controversé par rapport à ça : Les casques/écouteurs. (éviter casque musique sauf si ça apporte concentration. Si on est plus concentré sur sa musique, on n’est pas focus sur le jeu). On peut étendre cela à l’usage des téléphones, donc certains joueurs abusent, faisant de ce fait ralentir le jeu, la dynamique, de part leur détachement.
– Faire des pauses, avoir un plan de jeu/pauses. Pour les pauses, à titre purement personnel, je préconise de sortir de table quand l’envie ou le besoin s’en font sentir. Parfois, c’est indispensable dès qu’on montre des signes de faiblesse, de fatigue, ou même pour prendre un brun de recul après un coup. On ne sait pas si on arrivera à la future pause définie par la structure, si on doit sortir de table, sortons de table. Le mieux pour vous est de faire cela juste après les blindes histoires de les défendre éventuellement. Sortir hors de position, quand on est pas de blindes, évite de s’en vouloir et de victimiser sa descente de stack. Bien sûr, les besoins vitaux (pause café/toilettes) sont très importants. Ecoutez-vous, et rappelez-vous qu’il s’agit d’un jeu, ne mettez pas votre corps et votre santé en péril pour défendre de grosse blinde un As mal kické, qui pourra se faire salement poutrer par un vilain qui aurait vu votre désintérêt de jouer la main. Ne donnez pas d’indices comme quoi vous allez sortir de table non plus.
– Se fixer des objectifs progressifs (atteindre round suivant, tenter des bluffs en position, finir dans les 15 premiers, puis les 8 premiers par exemple, etc).
La patience sans objectif/but n’est pas utile. Elle sert à réaliser ses objectifs par étapes, de façon progressive. On ne fait pas la queue au supermarché pour le plaisir, on attend pas notre tour chez le médecin si on est pas malade ou nécessitant. Il y a un but, une finalité du pourquoi la patience est installée et nécessaire. 

Un autre type de patience différent existe : celui lorsqu’on s’approche des places payées d’un tournoi.

Il  reste quelques joueurs devant vous avant de pouvoir lâcher la pression après l’explosion de la bulle. Souvent, on commence à resserrer son jeu, éviter d’entrer dans des coups hors de position, avec des mains spéculatives ou marginales (stratégie des short stacks quasi exclusivement). C’est une version de la patience permettant d’assurer une hypothétique belle place à venir.

Lorsque le stack est plus conséquent, evidemment peu d’intérêt à attendre les mains premiums. Au contraire, il faut être agressif afin de destacker vos adversaires afin de les déstabiliser dans le but de leur faire faire des erreurs. Tout dépend donc, de la profondeur de votre tapis, de votre objectif court terme quant au tournoi que vous êtes en train de jouer, et de votre objectif long terme. « Si je fini itm de ce tournoi, m’emmène t’il à un autre tournoi plus prestigieux? », « Si je serre les fesses et que j’arrive aux places payées, est-ce que ça sera suffisant ou bien devrais-je ensuite attaquer afin de remonter ? » …tant de questions qu’il faut vous poser afin de gérer au mieux vos émotions, que vous aurez anticipées grâce à votre projet personnel et vos objectifs moyen et long terme.

Le sondage

Avant de s’emballer et que le site devienne un ouvrage lisse,  ou l’on peut effectivement trouver sur tous les bons sites pour progresser (poker academy, kill tilt…), il nous faut connaître votre ressenti. Soyez honnêtes, on ne vous en voudra pas (sinon on vous proposerai pas des conseils pour devenir meilleurs que le rédacteur ☺️).

Renouveller ce type d'articles vous intéresse t'il?

View Results

Loading ... Loading ...

Quel thème pour un prochain article stratégique ?

View Results

Loading ... Loading ...

Karlito,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *